Livraison gratuite dès CHF 150
Retour gratuit sous 100 jours
Centre d'aide
Magazine

Comment bien choisir son piolet ?

Partager

Comment bien choisir son piolet ? | Hardloop Magazine
©Camp

Outil indispensable en haute montagne, le piolet est devenu le partenaire quotidien des alpinistes lors de leurs courses d'alpinisme. Né de la fusion entre une hachette et un long bâton muni d’une pointe en fer appelé “alpenstock”, le piolet simplifia la vie des alpinistes, qui devaient, auparavant, creuser des marches dans la glace. Au cours de vos différentes aventures en haute montagne, vous serez alors peut-être amené à avoir recours à l'utilisation d'un piolet. Course alpine, randonnée glaciaire, escalade sur glace... : vous ne savez pas comment choisir votre piolet ? Cette semaine, nous vous proposons donc un topo complet sur le piolet, de sa construction à ses spécificités selon la pratique. Découvrez dès à présent tout ce qu'il faut savoir pour bien choisir son piolet !

Choisir son piolet : caractéristiques principales

Comment bien choisir son piolet

Avant d'entrer dans le vif du sujet et de vous donner les critères de sélection pour bien choisir son piolet, nous avons jugé utile de vous rappeler rapidement la construction d'un piolet, en décomposant les différentes parties de ce dernier.

Certifications et classements de piolets (T & B)

Avant toute chose, vérifiez que votre piolet possède bien les certifications requises en France. En effet, pour qu'un piolet soit commercialisé en France, il est nécessaire qu'il possède la certification EN13089 et UIAA 152. Ces normes assurent une qualité fiable des piolets. Par ailleurs, il existe deux catégories de manches et de lames de piolet :

  • Piolets de type T (technique) : les piolets de type T possèdent les manches et les lames les plus résistantes. Pour être certifiée type T, une lame doit supporter 60 Newton meter et tenir 50 000 cycles de flexion de 20 Newton meter sans casser. Le manche doit, quant à lui, supporter un poids de 350 kilos en flexion en son centre sans se rompre pour obtenir la certification. L’ensemble manche-tête doit rester lié malgré une traction de 400 kg.
  • Piolets de type  B (basique) : les piolets de type B sont moins résistants que les piolets de type T. Pour obtenir la certification, le manche doit résister à une flexion de 250 kg en son centre et la lame doit tenir un moment de 42 Newton meter. L’ensemble manche-tête doit rester lié malgré une traction de 250 kg.

Tête du piolet

La tête du piolet se compose de la lame ainsi que de la panne ou surface de frappe du piolet. Historiquement forgé à chaud à la main, cet élément était fait d’un bloc. Pour réduire les coûts de production et permettre une plus grande flexibilité, les têtes de piolet sont aujourd’hui constituées d’un ensemble de plusieurs pièces, rendant, par cette occasion, ces parties amovibles.

Lame du piolet

La lame du piolet peut être faite d’acier ou d'aluminium. La majorité d’entre elles sont faites d’acier, la minorité restante étant composée d’aluminium afin de rendre les piolets très légers, notamment pour le ski-alpinisme. Chacun des matériaux offrent leurs lots d’avantages et d'inconvénients :

  • Un piolet avec une lame en aluminium se verra léger à porter, mais en contrepartie, la lame souffrira d’une usure plus précoce. En raison du poids plume de la lame, le piolet crée également difficilement de l’inertie, ayant ainsi comme conséquence majeure une plus grande difficulté à planter la lame dans la glace.
  • Un piolet possédant une lame en acier verra, quant à lui, sa lame posséder une résistance accrue à l’usure, une meilleure résistance mécanique et du fait de son poids, posséder une meilleure inertie. L’inconvénient majeur reste ici le poids supplémentaire de la lame en acier sur le poids total du piolet.

La forme de la lame du piolet est également un élément déterminant dans le choix de votre piolet. Si vous pratiquez l'escalade glaciaire, par exemple, il vous faudra vous munir d'une bonne lame suffisamment fine dont les dents sont biseautées afin de faciliter le désencrage. Pensez à affûter votre lame avec une lime douce. Nous vous conseillons de ne jamais utiliser de meule pour affûter votre lame sous peine de détériorer le traitement thermique de cette dernière et d'altérer ses propriétés. Par ailleurs, si la lame de votre piolet était abîmée ou tordue, n'essayez pas de la redresser car cela pourrait compromettre sa résistance et son efficacité. 

Enfin, lorsque vous choisissez votre piolet, vérifiez si la lame vendue avec est exclusivement utilisable pour ce dernier. En effet, si vous souhaitez changer la lame de votre piolet et que cette dernière n'est pas adaptée à ce dernier, votre piolet ne produira pas la performance attendue. Cela pourrait également être dangereux durant vos activités si votre piolet n'est pas fiable.

Panne du piolet

La panne du piolet, située à l'arrière de la tête du piolet, peut servir à tailler des marches dans la glace ou tout simplement faciliter le nettoyage de la glace. Si vous pratiquez l'escalade glaciaire, cette fonctionnalité n'est pas indispensable, elle peut être néanmoins utile pour dégager la glace afin de mettre une broche à glace ou un abalakof.

Marteau du piolet

Monté à la place de la panne, le marteau sert à planter des pitons. Le marteau d'un piolet n'est pas utile dans toutes les situations. Un alpiniste peut avoir recours au marteau en haute montagne ou pour de l'alpinisme mixte. Selon la voie que vous empruntez, il est parfois fortement recommandé d'utiliser un vrai marteau ou un marteau piolet troisième main à manche droit. Si vous choisissez un piolet qui n'a pas de marteau, il est néanmoins possible de planter des pitons occasionnellement, à l'aide du manche, si ce dernier est suffisamment robuste. En escalade glaciaire, les broches à glace à la montée et les abalakofs à la descente suffisent, a priori, pour vous assurer, inutile donc de vous équiper d'un piolet avec marteau.  

Manche du piolet

Originellement composé de bois, le manche du piolet est, aujourd'hui, composé d’aluminium, de carbone ou un mix des deux. L’aluminium reste le matériau plus répandu car il est moins onéreux et assez léger. Le carbone est, quant à lui, beaucoup plus rigide. Le choix du matériel qui compose le manche vous revient en fonction de vos préférences. Le manche mesure entre 50 et 80 cm. Ceux se rapprochant de 80 cm sont, en général, plus destinés à la randonnée glaciaire pour permettre un appui en utilisant le piolet sous forme de canne. 

La pique du piolet

Enfin, la pique du piolet est, quant à elle, située à l'extrémité de la poignée et peut revêtir diverses formes. Certains piolets ne possèdent, tout simplement, aucune pique, tandis que d'autres sont dotés d'une pique en acier ou d'un ergot. La pique d'un piolet est particulièrement utilisée sur les piolets d'alpinisme classiques et sa pointe en acier est principalement utilisée pour l'alpinisme technique et la randonnée glaciaire.

Bien choisir son piolet : autres critères de sélection

©Camp

Trois autres critères de sélection sont à prendre en compte lorsque vous devez choisir votre piolet, outre les caractéristiques principales évoquées précédemment. Le poids du piolet, l'ergot et les masselottes sont également des critères de sélection importants pour bien choisir votre piolet. 

Le poids du piolet

Le poids du piolet dépendra ici de votre activité. Si vous utilisez ce dernier pour de la randonnée glaciaire ou du ski-alpinisme, un piolet léger conviendra parfaitement et sera beaucoup plus accommodant pour vous. Si vous souhaitez, en revanche, partir en escalade glaciaire ou en alpinisme technique, le piolet devra avoir de l’inertie pour l’ancrer facilement dans la glace, impliquant un poids plus élevé. 

L’ergot du piolet

L'ergot du piolet est une pièce placée sur la poignée de votre piolet, permettant ainsi à vos doigts d'avoir un appui supplémentaire lors du plantage de la lame dans la glace. L'ergot du piolet est souvent retrouvé sur les piolets d'alpinisme classiques et les piolets destinés à l'escalade glaciaire, lorsque la manipulation du piolet est fréquente. Si vous pratiquez le ski-alpinisme ou la randonnée glaciaire, la présence d'un ergot n'est pas indispensable. 

Les masselottes du piolet

Les masselottes sont des petites pièces venant renforcer la rigidité de la lame. Elles permettent ainsi de l’alourdir pour créer plus d’inertie, si besoin. Elles sont toujours amovibles pour offrir plus de flexibilité.

Bien choisir son piolet selon sa pratique

©Camp

Selon la pratique (alpinisme, randonnée glaciaire, cascade de glace), le choix de votre piolet sera donc bien différent. 

Piolet pour de la randonnée glaciaire

Si vous pratiquez régulièrement la randonnée glaciaire, il conviendra donc d'opter pour un piolet à manche droit ou quasi-droit. Ainsi, il vous sera plus aisé de l'utiliser comme canne, comme c'est souvent le cas dans cette pratique peu engagée et de tailler quelques marches dans de la neige dure. Optez également pour les dents de lame arrondies, afin d'éviter de vous blesser malencontreusement. Ces piolets sont parfois équipés d’une pique en acier, vous permettant de le planter plus efficacement dans la neige. Nous vous conseillons de choisir un piolet dont le manche est assez long. La taille du piolet sera déterminée de la manière suivante : bras tendu, sa pointe doit arriver à la hauteur de la cheville.

Piolet pour l'alpinisme technique

Si votre pratique se tourne vers l'alpinisme technique, avec la réalisation de courses alpines plus techniques sur neige ou sur glace, nous vous conseillons de vous tourner vers un piolet d'alpinisme tout-terrain. Possédant un manche droit ou légèrement galbé, il permet de pratiquer les différentes techniques d'alpinisme, à savoir le piolet-rampe, le piolet-ramasse, le piolet-ancre et le piolet-panne ou la traction. Relativement lourd et robuste, ce piolet est doté de dents très affûtées, d'une lame fine et d'une panne assez large. Vous trouverez également généralement un revêtement adhérent et isolant sur au niveau de la poignée. Nous vous recommandons de vous tourner vers un piolet d'une taille de 50 à 70 cm.

Piolet pour le ski-alpinisme

Vous pratiquez plutôt du ski de randonnée ou des courses de ski-alpinisme ? Le recours au piolet est parfois nécessaire, mais disons qu'il ne s'agit pas de l'outil majeur que vous utiliserez dans cette pratique. Inutile donc de vous doter d'un piolet avec de nombreuses fonctionnalités, un piolet léger ici conviendra parfaitement. Composé généralement en aluminium, préférez un piolet au manche droit ou quasi-droit. Un piolet de ski-alpinisme possède une longueur de 55 cm environ pour un poids de 300 g. Souvent utilisé comme canne ou pour tailler des marches, la légèreté est ici l'élément déterminant dans le choix de votre piolet.

Piolet pour l'escalade glaciaire / cascade de glace

Enfin, si vous préférez la cascade de glace ou la pente raide, il conviendra d'opter pour un piolet technique. Doté d'un manche très galbé, ce piolet est le prolongement même de votre avant-bras, vous permettant ainsi d'avoir une frappe idéale dans la glace. Contrairement aux autres pratiques, le piolet pour l'escalade glaciaire est utilisé par paire, permettant ainsi un ancrage et un désancrage instantanés. Ces piolets disposent également de parties amovibles, avec des lames interchangeables, permettant ainsi de vous adapter à votre terrain de jeu. 

Accessoires et entretien du piolet

©Free-Photos-Pixabay

Dragonne ou leash

Bien choisir son piolet est primordial, mais ne pas le perdre durant vos activités est tout autant important, que ce soit pour votre sécurité comme pour la sécurité des autres. Deux solutions s'offrent à vous pour vous assurer de ne pas perdre votre piolet. La première solution est l'utilisation d'une dragonne, petite sangle qui relie votre piolet à votre poignet. Néanmoins, cette solution présente un inconvénient majeur, à savoir lorsque vous souhaitez changer votre piolet de main. Seconde option, l'utilisation d'un leash. Le leash vous permet de relier votre piolet à votre baudrier, vous permettant ainsi de changer plus facilement de main lorsque vous le souhaitez. 

Remplacer les lames, marteau et panne de son piolet

Lorsque vous décidez de changer votre lame ou autre pièce amovible de votre piolet, référez-vous systématiquement à la notice du constructeur afin de respecter toutes les étapes. Il en va de votre sécurité. Une partie de votre piolet qui se détache en pleine excursion peut être synonyme de gros problèmes à l’horizon !

Entretenir votre piolet

Il se peut que de la rouille apparaisse sur votre lame, ces traces n’affectant en aucun cas la résistance des lames de piolet. Si vous souhaitez l’enlever, utilisez une éponge avec le côté abrasif, cela supprimera les traces d’oxydation. Pour limiter l’apparition de ces traces, nous vous conseillons après utilisation de votre matériel d'utiliser un chiffon sec afin de le stocker sans trace d’humidité. Vous pouvez également enduire la lame de votre piolet avec un corps gras comme de l’huile ou de la graisse de silicone. Un piolet n’a pas de durée de vie limitée, elle variera grandement en fonction de son entretien, mais aussi de son utilisation. La durée de vie du piolet peut être limitée à une simple utilisation en cas de chute importante, de coincement et de torsion de la lame ou bien encore en cas de surcharge ou de mauvaise utilisation. Lorsque vous examinez votre piolet après une sortie, il vous faudra être attentif à la moindre trace de défaut. Si vous détectez une déformation ou une faiblesse mécanique d’un composant, une vibration inhabituelle lors de l’ancrage, le piolet devra être changé.

Vous voilà maintenant prêt à choisir correctement votre piolet ! Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter nos HardGuides via notre Centre d'Aide, nous pourrons répondre à toutes vos questions !

Clémence Cossic

Toujours à la recherche de son prochain trek, bivouac, trail, voyage à vélo ou stage de kitesurf, Clémence est responsable marketing et HardGuide chez Hardloop depuis 2017. Du GR20 au Tour du Beaufortain, en passant par des treks en Colombie, elle aime tester de nouvelles pratiques et du nouveau matériel en partant de zéro. De belles galères, elle en a connu - et elle vous les évitera sûrement !

Partager

Articles liés